Aller directement à la navigation

Vous êtes enceinte, angoissée? Ou mère célibataire? Lisez cette histoire vraie !

Article du blog: 

Vous êtes enceinte, angoissée? Ou mère célibataire? Je peux m'imaginer à votre place, ça aurait pu m'arriver il y à quelques années (et à l'époque j'étais pour l'IVG, mais sans y avoir bien réfléchi) , alors voilà un message pour vous, pour vous aider, avec des infos, et une histoire vraie qui va vous donner de l'espoir.

Voici un peu un conte de Noël, mais vrai !

Récemment, en lisant sur divers sites internet des témoignages de femmes qui pensaient avorter, ou qui l'avaient fait, j'ai repensé à une histoire, d'une jeune mère célibataire dont j'avais gardé le bébé à une époque, qui s'était beaucoup confiée à moi.

(c'est une histoire vraie et elle finit bien, alors que c'était pas si "joli" au départ...)

(et de loin le meilleur souvenir des nombreuses gardes d'enfants que j'ai faites : mère très sympa, et j'étais à peine plus âgée qu'elle)

Elle avait, quand je l'ai rencontrée pour ce petit boulot de baby-sitter, 23 ans, un bébé d'un an. Elle habitait Paris, un quartier très pauvre, dans un tout petit studio, avec un loyer très cher (comme toujours à Paris...) .
Elle travaillait par périodes de quelques semaines, gagnant en moyenne un peu plus du SMIC par mois (on s'était d'ailleurs "arrangées" financièrement) . Je pense qu'elle s'en sortait financièrement grâce aux aides au logement, aides pour mère isolées, etc, en complément de ses petits salaires (même des mères isolées avec jeune enfant, ne travaillant pas, ont des aides financières leur permettant de vivre, si elle apprennent à bien gérer leur budget)
L'appartement n'était pas confortable, on arrivait à peine à y circuler à cause des affaires partout et le manque d'espace, changer le bébé, lui donner le bain/la douche (il me semble qu'il n'y avait pas de baignoire, mais une douche) , était plus compliqué que dans un grand logement, mais c'était possible.
Elle me demandait mon avis pour plein de petits trucs concernant le bébé, parce qu'elle n'avait pas l'habitude encore, elle était une jeune mère, et moi, je n'avais pas d'enfant mais j'en avais déjà souvent gardé.
Alimentation ,etc. : je lui expliquais des petits trucs simples, quand on lit les sites internet concernant la manière de s'occuper d'un bébé, ça peut paraître compliqué, mais en fait, c'est simple, on apprend vite. Et on trouve facilement de l'aide, des conseils, pour ce genre de choses.

Son (ex) petit ami était à peu près du même âge qu'elle, un peu comme elle : jeune, un peu "gamin" dans sa mentalité, mais de manière presque normale pour des gens de 23-25 ans.
Vu les circonstances de leur rencontre, ce qu'elle me racontait de cette histoire d'amour, de leur séparation, et ce que j'ai vu de leur comportement entre eux la seule fois où je les ais vus brièvement ensemble (visite du père à son fils, chez elle) , ça me paraissait évident : histoire d'amour soudaine, passionnelle, et rapide grossesse inattendue/non désirée (j'étais d'ailleurs tombée sans le faire exprès, dans la minuscule armoire de salle de bain, sur des boîtes de "pilules du lendemain", qu'elle prenait peut-être de temps en temps comme "contraception" - pratique très dangereuse pour la santé, ce sont les médecins qui le disent !!!! ) .

Elle espérait vraiment que son petit ami se remettrait en couple avec elle, elle me demandait "Tu crois qu'il va revenir?", je ne savais pas quoi lui répondre...

Le petit ami, qui avait fui, sans doute paniqué, au moment de la grossesse, était complètement "gaga" devant son fils d'un an...

Cette jeune femme était très entourée, avait de nombreuses visites de membres de sa famille, d'amis (y compris un ami masculin qui semblait vraiment s'intéresser à elle : beaucoup d'hommes sont prêts à avoir une relation sérieuse avec une jeune mère célibataire) .

Elle avait donc le moral en général, était une jeune mère célibataire, "isolée" aux yeux de la loi car vivant seule avec son bébé (c'est important pour toutes les aides financières de l'Etat, cette notion), assez pauvre (sa famille n'avait pas vraiment les moyens de l'aider), mais HEUREUSE (ajout personnel : je sais qu'on peut être relativement pauvre et heureux, ça a été mon cas à une époque, le soutien des amis/proches/autres personnes est essentiel, alors) .

Je l'ai donc connue pendant quelques mois, alors que je gardais dans la journée son bébé.

Puis je ne l'ai plus revue pendant quelques années, je l'ai recroisée une fois en vélo (elle aussi, et son bébé à l'arrière du vélo sur un siège adapté, moyen de transport hyper économique ! ) , on avait échangé quelques mots.

Un jour, au moins 4 ans après l'avoir connue, dans un bar, un dimanche, à l'heure de l'apéro, EXCELLENTE SURPRISE : je la vois elle, son bébé qui avait bien grandi, devenu un petit garçon, et... son petit ami... et... leur 2ème enfant, bébé ! Une belle petite famille ! yesheartheartheart

Des sourires jusqu'aux oreilles, ils m'ont expliqué qu'ils s'étaient remis en couple, que tout allait bien, qu'ils avaient emménagé dans un logement un peu plus grand que l'ancien logement de la jeune mère...

Voilà, on dirait un contre de fées, à la fin, mais c'est une histotre vraie...
On aurait pu imaginer une autre très belle fin : un ami masculin à elle, quand elle était mère célibataire, semblait tant s'intéresser à elle (et elle semblait beaucoup l'apprécier) que je pense que si ça n'avait pas été le père de l'enfant qui était revenu, l'ami, lui, aurait fini par s'engager dans une relation sérieuse avec elle...

Je le sais, parce que j'en parle parfois avec des amis, parce que je l'ai vu autour de moi : être mère célibataire, c'est la plupart du temps TEMPORAIRE, de nombreux hommes sont prêts à s'engager dans une histoire sérieuse avec une mère célibataire (d'ailleurs, qu'elle soit jeune, ou pas, j'ai aussi vu ça avec une mère divorcée avec 4 enfants, de 45 ans environ, complètement abandonnée par son ex-mari, elle a rencontré un père divorcé avec enfant, ils se sont mis en couple) .

J'ai un avis sur ce qui peut-être l'a aidée, cette jeune femme, quand elle était mère célibataire : elle était de religion juive, de culture, d'éducation peut-être un peu, pas vraiment croyante/pratiquante (en fait, son fils était circoncis et les membres de sa famille avaient presque tous des prénoms juifs, à part ça, pas vraiment de pratique religieuse) .
Je pense que la religion (juive en l'occurence, mais c'est pareil dans le catholicisme) , qui incite (en principe) les gens à ne pas être individualistes, entre autres à avoir des liens familiaux très forts, a permis à la famille de cette jeune mère célibataire de bien la soutenir.
Et elle-même, sans doute grâce à son éducation, était une jeune femme ouverte, sympathique, assez forte moralement, elle avait donc rencontré des amis à son travail, notamment.
Et puis... elle avait dû être éduquée avec l'idée qu'un embryon, ce n'est pas un simple amas de cellules, c'est un futur bébé "en miniature", et l'amour a ensuite fait son oeuvre, elle a gardé son (futur) bébé, elle a gardé l'espoir, et elle a bien fait ! smiley

Femmes enceintes paniquées, si vous ne savez pas à qui parler, vous vous sentez seules, vous vous sentez désespérées : contactez ces associations, qui sont dans toutes les régions, vous ne risquez rien en faisant cela (votre appel sera anonyme, et concrètement, c'est vous qui prendrez une décision, la loi est ainsi faite, mais prenez le temps de réfléchir ! ) .
Sur cette page, rubrique "Aide aux mères en détresse" :
http://sostoutpetits-paris.blogspot.fr/2009/01/les-mouvements-pro-vie-pourquoi-de.html

Moi, comme beaucoup de personnes de culture chrétienne (mais je ne suis pas croyante) et d'autres personnes opposées à l'avortement, JAMAIS je ne dirai de chose "méchante" à une femme qui veut avorter ou qui a avorté (j'en connais, d'ailleurs, dans mes amies, et dans les gens anti-IVG il y a des femmes qui ont avorté). On peut dire la vérité sur l'IVG/l'avortement, sans être méchant, sans juger les femmes qui avortent (comme les gens de la Manifestation pour la Vie) : on ne veut pas votre malheur, au contraire !
Courage, beaucoup de gens sont prêts à vous aider très concrètement dans ces associations, votre vie ne sera pas fichue si vous gardez votre bébé.
Les gens qui ont voté la loi de 75 (et d'autres lois sur l'IVG)  n'étaient pas des femmes qui avaient avorté, n'étaient pas des femmes qui se sont retrouvées enceintes, paniquées : ils ont cru bien faire en votant cette loi, mais ils se sont vraiment trompés, ils continuent de se tromper en étant pour le "droit à l'IVG".
Alors que beaucoup de gens pensent qu'au contraire, nous qui avons TOUTES ET TOUS ETE UN EMBRYON, PUIS UN FOETUS ET UN BEBE, nous voulons que tous ces futurs enfants aient le "DROIT A LA VIE" !

Moi, je suis née en 1975, j'ai 37 ans (en ce début 2013), comme cette loi sur l'IVG... Mais je suis là, bien vivante, comme tout le monde, et comme ce qui est pour l'instant tout petit et bien caché dans le ventre de nombreuses femmes... Un "futur bébé en toute petite miniature", en 1975, on ne pouvait pas vraiment bien le voir (on ne donnait pas la photo de l'échographie à le femme enceinte) , mais maintenant on a les échographies, (même pour les femmes qui veulent avorter, c'est obligatoire, pour des raisons médicales) , et quasiment tous les jeunes de maintenant ont une échographie d'eux quand ils étaient tout petits dans le ventre de leur mère. yesheart

Echographie à 8 semaines de grossesse :
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/grossesse-mois-semaine_1289/c3/221/p3/
Ce bébé (qui doit maintenant être un jeune enfant) se rend-il compte qu'il a été une "star" sur internet avant même de naître, 7 mois avant sa naissance? yeswinksmiley


Et à 3 mois de grossesse, ça y est, on sait si c'est une fille ou un garçon, et regardez, Madame/Monsieur Bébé suce son pouce devant tout le monde et il a la "grosse tête" ! smileyheartheart
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/grossesse-mois-semaine_1289/c3/221/p4/

Si jamais vous ne pouvez vraiment pas vous occuper de votre (futur) bébé, vous aurez tout le temps de la grossesse pour réfléchir à le faire adopter, et vous pourrez encore changer d'avis sur l'adoption jusqu'à quelques semaines après la naissance.
Ce bébé, il sera dans tous les cas aimé par ses parents d'adoption, il sera choyé, il grandira, il suffit juste que vous décidiez de le laisser en vie, de le laisser grandir en vous

Et dans tous les cas, vous aurez une aide financière de l'Etat pendant la grossesse : 912 € au 7ème mois, versés par la CAF (montant en 2013) .

J'en ai connu, des gens qui ont été adoptés (j'ai même 2 cousins qui ont été adoptés) : de quel droit leur aurait-on enlevé la vie in utero (dans le ventre de leur mère) ? Au nom du "droit à l'IVG"? Alors qu'ils ont été adoptés quelques semaines/mois après leur naissance, par des parents qui les aiment exactement comme s'ils étaient nés d'eux ! heartheartheart
Une femme enceinte qui sait qu'elle ne pourra pas s'occuper de lui, qui le confie à l'adoption, fait un acte d'une immense générosité, pour ces futurs parents adoptifs et surtout pour cet enfant qu'elle porte. yes
Et elle peut même accoucher anonynement, "sous X" :
http://www.etreenceinte.com/mon-mag/article/accoucher-sous-x
Avec la possibilité, si elle le veut, plus tard, quelques années après par exemple, de révéler son identité à l'enfant, de le rencontrer.

Voilà de vrais choix et une réelle liberté pour la femme, et le vrai droit pour l'enfant, pour ses parents.
Honneur à toutes les mères, surtout celles qui ont dû faire des choix si importants.
yes
Il y a beaucoup de gens qui vous admirent, y compris des hommes célibataires/divorcés parfois eux aussi avec enfant(s) .

Une fois que vous avez/aurez passé les épreuves du début, les plus dures, voyez l'avenir en rose ! Avec votre enfant et votre petit ami, ou un futur compagnon/mari que vous rencontrerez ! smiley
C'est dur de se poser toutes ces questions, surtout quand on est jeune et seule, alors à toutes celles qui en ont besoin, j'envoie comme une grande soeur virtuelle des encouragements et plein de ... kisskiss

 
 
Thème:
Évaluez cet article: 
Moyenne : 4 (1 vote)

Ajouter un commentaire



Dr. Radut Consulting